... quand il fait bien froid et qu'il faut se réchauffer ... c'est boire un bon 甘酒  [amazaké] et manger un お好み焼き [okonomiyaki].

Le premier est un genre de vin chaud japonais (en gros c'est de l'alcool de riz fermenté avec l'aide d'un champignon microscopique qui transforme l'amidon en sucre). Comme le vin chaud chez nous, il est agrémenté d'épices en général du gingembre.

Le second est surement un des mes 3 plats préférés au Japon. Il s'agit d'un plat à mi chemin entre la pizza (d'où son surnom/traduction de pizza japonaise) la crêpe et l'omelette. La traduction littérale veut dire "tout ce que vous voulez - grillé". Quelque soit la version les ingrédient de base sont :

  • du chou coupé en tout petit morceau
  • de la farine
  • de l'eau froide 
  • et un œuf
  • bonite séchée, のり [nori] (l'algue verte qui entoure les maki) en poudre , sauce tongatsu (genre de sauce barbecue) et mayo pour l'accompagnement
Le " tout ce qu'on veut" fait référence à l'ingrédient accompagnant la base du okono. C'est-à-dire du bœuf, du porc, des crevettes, du calamar ou dans certain endroit le super maxi combo avec tout ça en même temps (spécial dédicace au resto de 奈良 [Nara]. Le resto de dimanche en proposait, quand à lui, une version aux huîtres. 
Le "grillé" vient du fait que c'est qui sur une plancha (téppanyaki). Quand on les mange dans les restaurants, on est assis a une table avec une "plancha" au centre.
Celui que j'ai mangé dimanche n'était pas traditionnel. Il était au porc mais ça c'est normal même si c'est d'habitude avec une grosse tranche de poitrine et là c'était avec des petits lardons.
Non sa particularité par rapport aux versions habituelles, c'était sa préparation. Comme d'habitude la serveuse arrive avec son petit saladier avec tous les ingrédients dedans. Elle commence à mélanger puis verse le contenu sur la plaque de cuisson

  

Elle part et elle laisse cuire environ 5 minutes. Puis elle revient avec un saladier plein de copeaux de bonite et là je pense que c'est pour une table à coté et qu'elle va juste retourner mon okono.... et bien non elle verse de la bonite sur le monticule qui n'est pas cuit des 2 cotés et elle repart

Elle revient 5 minutes après et là elle retourne la crêpe. "Sacrilège !!",  me dis-je, "Elle a cassé tout le coté ludique du plat". En effet sous l'effet de la chaleur les copeaux de bonite ondulent et donne un aspect vivant au plat que les japonais apprécient beaucoup. Après encore 10 de cuisson sur la face "bonitée", la serveuse revient avec 2 saladier remplis de sauce cette fois-ci et 2 louches pour servir. Traditionnellement, on enduit d’abord au pinceau (et c'est réellement au pinceau) une face avec de la sauce tongatsu puis on dessine des croisillons avec la mayo puis on ajoute la bonite et la poudre de nori. Et là je me dit: "Pour la mayo, tu es mal barrée, ma cocotte!!! parce que des croisillons fait à la louche c'est pas gagné !!! :D" Et bien non, elle avait une autre méthode. Tout d'abord elle a retourné le okono pour avoir la face bonité (qui en fait avait comme caramélisée) sur le dessus. Puis elle a étalé lune couche de mayo pour que la couche soit bien uniforme et enfin elle mis la sauce tongatsu qu'elle a étalé en forme de tourbillon

Résultat après dégustation : cette nouvelle façon de cuire est très bien. Ça enlève un peu le coté fort de la bonite et ça rajoute du craquant/croustillant au plat qui n'est pas pour me déplaire. Bref je pense qu'ils vont me revoir souvent =^_^= surtout que ce n'est pas très cher 680 ¥(~ 6,5€)